Corsedimoto /

Le chef technique Pere Riba explique pourquoi Jonathan Rea n’a pas remporté la course 2 à Phillip Island, laissant ainsi son nouvel équipier Alex Lowes concrétiser…

Jonathan Rea n’a pas remporté la course 2 en Australie pour une raison précise : la peur. C’est ce que révèle Pere Riba, qui en plus d’être le chef technique, est le confident et le conseiller de l’Irlandais du Nord, âgée de 33 ans. Pere, un Catalan, un bon ancien pilote, est l’un des principaux pions de la structure Kawasaki qui a poussé Johnny à conquérir cinq championnats du monde consécutifs. Les commentaires de Riba ne sont jamais anodins et révèlent souvent des antécédents d’un grand intérêt humain. La peur est le compagnon de voyage habituel des pilotes. Ils la contrôlent, la gèrent, le plus souvent l’exorcisent. Mais de temps en temps, elle gagne. Jonathan Rea, après l’Australie, est un champion plus humain.

Álvaro Bautista, à l’arrivée, a souligné à juste titre que la course 2 à Phillip Island s’est déroulée à un rythme très lent, au niveau du Supersport… Pourquoi ?
« Notre plan était de se porter en tête et de contrôler la course, en veillant à ce que l’on tourne le plus lentement possible. La raison ? Jonathan Rea craignait qu’en poussant, le pneu arrière ne lâche. Pas tellement pour perdre l’adhérence, mais pour céder structurellement. A Phillip Island, on va très vite partout, un problème de ce genre aurait été un problème très grave. Il a vécu un épisode de ce genre à Donington en 2017 : il était en tête, dans l’avant-dernier tour, lorsque l’arrière a éclaté au Craner Curver (la descente gauche, très rapide, ndlr). Depuis lors, quand il y a un risque que le pneu entre vraiment en crise, Jonathan ne fait pas confiance. »

 

 

« L’incident du premier tour de la course 1 provoqué par l’accrochage de Tom Sykes, la tentative de retour et le crash qui a suivi ont pesé sur tout le weekend », poursuit Pere Riba. « Lorsqu’il est revenu sur la piste, avec 8 ″5 de retard, nous avons commencé à calculer combien de temps il lui faudrait pour remonter dans le groupe de tête. Nous étions convaincus qu’aux alentours du 17e-18e tour (sur 22, ndlr) il aurait réussi, c’est-à-dire qu’il serait revenu en jeu pour le podium, peut-être pour la victoire. Mais il est tombé au sixième tour. C’est son erreur. Quand il est retourné au box, il était furieux et déçu, presque en larmes. Je lui ai dit : « Jonathan, tu devrais plutôt être content. Tu es tombé à 220 km / h et tu ne t’es pas blessé, c’est comme gagner. Nous aurions pu avoir la saison ruinée, mais nous y retournerons dès demain. En fait, il a réussi à remporter la Superpole Race en dépassant au dernier virage. Il était sûr que, pendant dix tours, le pneu ne poserait pas le moindre problème, alors il a poussé fort. »

« Tout au long de la semaine en Australie, Kawasaki n’a eu aucun problème de boursouflure du pneucontrairement à tous les autres », explique Riba.« Mais le fait de ne pas avoir terminé la course 1 a empêché Jonathan Rea de comprendre ce qui se serait passé dans les 3-4 derniers tours. Il a donc commencé avec des doutes et des craintes que quelque chose puisse arriver. Phillip Island reste une étape très délicate pour nous : l’année dernière nous avions “cloqué” à chaque séance, et les trois courses avaient été pénibles. Cette année, en utilisant exactement le même pneu, nous l’avons résolu en modifiant radicalement l’attitude et la répartition du poids. Nous aurions pu rouler confortablement en 1’32” si Jonathan Rea était parti la tête claire. À ce rythme, les autres, qui nous suivaient, brûlaient leurs pneus. Mais ce n’est pas un problème, Johnny se rattrapera très bientôt… »

Article original à lire ICI