Corsedimoto /

A Phillip Island, le Français de Ten Kate s’est retrouvé hors de la piste à 250 km/h pour éviter Toprak, réussissant à ne pas tomber. Victoire partie en fumée? « Il y aura d’autres occasions… »

Loris Baz à Phillip Island a été étincelant. Également rapide dans les tests d’avant course, il a toujours été parmi les protagonistes des séances de la manche d’ouverture. Il avait un potentiel de podium, peut-être sur les marches les plus nobles. Dans la course 2, il était là pour jouer le succès avec six compagnons de voyage déchaînés. Contacts, coups sur les carénages… L’excitation était à son comble, mais à trois tours de la fin, le Français a retrouvé Toprak Razgatlioglu planté au milieu de la trajectoire…

« Avant de vous dire ce que j’ai ressenti à cet instant, je dois d’abord dire que l’on allait vraiment très vite. J’étais très fort dans cette courbe, je suivais une trajectoire légèrement externe pour pouvoir passer à l’épingle à cheveux à droite. J’y ai passé beaucoup de temps, et à trois tours de la fin je me préparais à attaquer Toprak avec la même dynamique. Mais voilà… »

Oui, Toprak a manqué de gaz et a soudainement ralenti …

« Il a dû se lever, nous étions très proches et nous avons eu beaucoup de chance de ne pas nous toucher. Je me suis retrouvé sur le sable à très grande vitesse, j’ai essayé de ralentir le plus possible, en essayant de ne pas tomber et de ne toucher personne. J’ai vu les quatre approcher, mais j’étais dans l’herbe et je n’ai pas pu freiner. D’une manière ou d’une autre, je l’ai fait, je suis retourné sur la bonne voie, mais j’avais perdu beaucoup de temps et toutes les chances de gagner. »

Vous avez remporté 20 points: deux septièmes et une huitième place.

« Je n’aime pas parler de malchance, car il faut provoquer la chance. Mais cette fois, j’ai beaucoup à me plaindre. Rea avait sa propre stratégie, et elle était d’aller lentement parce qu’il ne voulait pas ruiner les pneus pour tout jouer à la fin. Je savais que je pouvais garder un rythme plus élevé sans avoir de problème d’usure des pneus. La stratégie de Rea était dangereuse pour moi, car ma Yamaha a le moteur 2019 et en ligne droite, j’ai beaucoup payé. Le groupe était si nombreux que je craignais que tout le monde puisse me passer. Je voulais aller de l’avant et pousser, pour essayer de casser le groupe. Je suis convaincu que sans l’accident avec Toprak je l’aurais fait… »

Avec quelle humeur êtes-vous retourné en Europe?

« J’aurais aimé faire encore mieux. Mais je suis fier d’avoir montré que Yamaha Ten Kate et Loris Baz peuvent jouer devant, et pas seulement avec des mots. Nous avons beaucoup travaillé, les techniciens sur la moto et moi du point de vue physique. Yamaha a également fait un développement splendide, la R1 est belle à piloter, je m’amuse beaucoup. J’ai hâte que la prochaine course arrive. »

Pouvez-vous être la surprise de 2020, même sans être officiel?

« Nous avons travaillé sur les qualifications, nos autres points faibles étaient le départ et le rythme dans les premiers tours, avec de nouveaux pneus. Nous pensons avoir progressé, garder notre rythme fort sur le final, avec les pneus finis. »

Quel est le potentiel de Yamaha?

« Depuis que je la pilote, je dis que la R1 va très vite. Mais vous devez comprendre comment la mener. Aller vite avec cette moto est facile, mais faire le dernier pas, ça va très vite, mais ça peut devenir plus difficile qu’avec d’autres motos. Vous devez bien le comprendre. »

Aurez-vous enfin le moteur 2020 à Jerez?

« Oui, c’est le but. A 99%, je l’aurai. »

 

 

 

Les résultats de Phillip Island sont-ils fiables?

« C’est vrai, c’est une piste spéciale. Mais il est également vrai que les plus forts étaient tous là. Je ne regarde pas tellement les opposants, je fais confiance à notre travail. Je suis sûr qu’avec Yamaha Ten Kate, je garderai une longueur d’avance sur toute la saison. »

Pensez-vous que Jonathan Rea est toujours le principal favori?

« Il serait irrespectueux de penser le contraire: il a remporté les cinq dernières Coupes du monde. Mais cette année, nous sommes nombreux et à proximité. Pour essayer de le battre, vous devrez avoir de la continuité, collecter de nombreux points même dans les rounds les plus difficiles. »

Nous avons vu tant de contacts… N’est-ce pas exagéré ? 

« Ce sont les courses que j’aime. Dans la course 2, il y avait un gâchis dans le groupe, mais je n’ai rien vu au-delà de la limite. Dans la première, Lowes m’a presque jeté hors de la piste, nous roulions à 300 km/h. Après la course, je suis allé lui parler, car cela devient très dangereux. Il s’est excusé. »

Nous ne sommes pas allés au Qatar. Comment l’as-tu vécu ?

« J’espère qu’ils le récupéreront, car cette course est spéciale: j’aime vraiment courir à Losail. »

Comment ça va à Covid-19 en France?

« C’est difficile à comprendre, je continue à faire les mêmes choses. Sauf mardi, je ne prendrai pas l’avion pour le Qatar. Je suis vraiment désolé. »

En sortirons-nous?

« J’ai aimé ce que le manager de Liverpool, Jurgen Kloop, a déclaré :”Si vous voulez savoir, vous devez demander aux gens qui savent”. Je ne peux donc pas vous répondre si toute cette urgence est justifiée. Et si tout ira bien bientôt. »

Article original ICI.



Tous les articles sur les Pilotes : Loris Baz