Carmelo Ezpeleta tient tête avec l’énergie qu’on lui connait, mais qui n’est pas encore celle du désespoir, pour élaborer son calendrier de la saison MotoGP, malgré le Coronavirus. Une épidémie qui ferme progressivement le monde sur lui-même. Pour le patron de Dorna, promoteur du championnat qui doit, devant la FIM, assurer au moins treize rendez-vous, le début de la fête est programmé le 5 avril à Austin, après l’annulation du Grand Prix du Qatar de ce week-end et le report de celui de Thaïlande. Une ambition qui laisse pas mal de monde dubitatif dans le paddock. Un scepticisme qui ne pourra être que renforcé avec cette dernière nouvelle venue de l’État du Texas…

Le MotoGP pourra-t-il lancer sa saison dans un mois à Austin, site qui est prévu pour accueillir le Grand Prix des Amériques ? Un meeting qui devait être le troisième du calendrier après le Qatar et la Thaïlande. Mais avec l’annulation du premier et le report de la seconde, voilà le Texas en premier de cordée. Du moins, pour le moment.

Car la situation évolue d’heure en heure sur le front d’un coronavirus où l’enjeu consiste à freiner sa propagation. Ce qui veut dire des mesures contraignantes d’entrée sur les territoires et, à l’intérieur de ceux-ci, éviter les regroupements de population.

Or, un Grand Prix est un concentré de personnes venues de différents horizons. Comme d’ailleurs un festival majeur appelé SXSW. Le South by Southwest (SXSW) est un ensemble de festivals de musique (SXSW Music), de cinéma (SXSW Film) et de médias interactifs (SXSW Interactive) se tenant chaque année depuis 1987 au mois de mars à Austin, et principalement au Austin Convention Center. C’est un moment fort dans la vie de la région avec un impact économique estimé à au moins 110 millions de dollars en 2008.

Ce SXSW vient d’être annulé par les autorités qui reconnaissent cependant qu’aucun résultat positif au test COVID-19 n’a été reçu par Austin Public Health pour le moment. Pourtant, en réponse aux préoccupations croissantes du Covid-19 dans tout le pays, les dirigeants du comté d’Austin-Travis ont déclaré un “état de catastrophe locale” afin de renforcer les mesures préventives et d’exiger des plans d’atténuation des événements dans la région.

 

 

 

Cette déclaration a été faite avant la saison du festival de printemps de ce mois-ci, à la suite des recommandations du Dr Mark Escott, autorité sanitaire locale, qui a agi sur les conseils d’un groupe d’experts indépendants. La saison des festivals de printemps s’étend du vendredi 13 mars prochain au 22 mars.

« Au cours des derniers jours, un groupe d’experts a examiné la saison des festivals de printemps et a suivi l’évolution de la situation aux États-Unis et dans notre État en ce qui concerne Covid-19 », a déclaré le Dr Escott. « Bien qu’il n’y ait pas de directives claires sur ce que les juridictions locales devraient faire dans ces circonstances, notre groupe consultatif d’experts locaux a examiné les facteurs de risque et a identifié un certain nombre de préoccupations. »

Les facteurs clés pris en compte sont les suivants  la probabilité de contacts personnels étroits et prolongés, la densité de la foule, un nombre important de voyageurs provenant de régions où la COVID-19 est actuellement diffusée de personne à personne au niveau national et international, un nombre élevé d’invités venant de lieux inconnus, l’absence de vaccin et les possibilités de traitement limitées pour gérer les cas.

De fait, les manifestations rassemblant 2 500 personnes ou plus sont interdites, sauf si les organisateurs sont en mesure de garantir à Austin Public Health que des plans d’atténuation des maladies infectieuses sont en place. Chaque événement sera évalué au cas par cas. Le Grand Prix des Amériques y compris, cela va sans dire.