En découvrant sa Ducati, Johann Zarco insistait sur un point particulier et une sensation pour lui inédite : qu’importe comment sortir du virage commandant une ligne droite, avec la Desmosedici, la vitesse de pointe est toujours au rendez-vous pour faire la différence avec la concurrence. Une spécialité de Borgo Panigale qu’épice encore un peu plus Jack Miller qui donne des indications précieuses sur une GP20 avec laquelle il n’a jamais été vaincu par un autre pilote de la marque durant cette intersaison…

Jack Miller, 25 ans, ne s’en cache pas. Son objectif, c’est de revêtir une combinaison rouge dès 2021. Et durant cette intersaison, il a fait ce qu’il faut pour faire passer le message en dominant le clan Ducati. Il lui reste à présent de confirmer tout ça en Grand Prix, avec, pourquoi pas, une victoire claire et nette sur une piste sèche.

Une possibilité à envisager, surtout si le tracé comporte de longues lignes droites. Du moins, c’est ce que semble sous-entendre l’Australien : « nous nous sommes améliorés dans tous les domaines. Je dis “nous”, mais je ne suis que le pilote… Notre moto de course est une fusée. Vitesse maximale de 355,2 km / h, et je roule constamment à 355 km/h sur la ligne droite. La moto est définitivement assez rapide. Mais elle se comporte également facilement pour le pilote. Ce n’est pas trop agressif, comme cela a parfois été le cas par le passé. Vous pouvez maintenant utiliser la puissance de manière cohérente et douce. C’est bien. »

« Ma vitesse de course est impressionnante. Mais son rythme est vraiment intéressant » s’enthousiasme l’équipier de Bagnaia. Cependant, il y a aussi Viñales… « On a pu voir qu’il pouvait rouler régulièrement en 1’54. Nous avons donc encore du travail à faire. Mais nous sommes confiants pour ce premier Grand Prix. Les deux premiers jours, nous avons eu des petits drames, les deux chutes nous ont ralenti. Je suis donc heureux que la dernière journée ait été un match parfait à la fin. »

Jack Miller a terminé 6e, 10e, 5e et 5e lors des quatre tests d’hiver à Valence, Jerez, Sepang et Doha. Il a ainsi dominé ses collègues pilotes d’usine Ducati que sont Dovizioso et Petrucci, tout comme son coéquipier Bagnaia. L’Australien de 25 ans entame sa sixième saison de MotoGP avec de grandes attentes.

 

 

 

MotoGP Test Qatar J3 : chronos



Tous les articles sur les Pilotes : Jack Miller

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac