C’est une décision qui fait mal, mais il est à craindre que ce soit la première d’autres à venir du même type. A cause d’un coronavirus qui se propage dans le monde, et du fait qu’il a particulièrement affecté deux pays majeurs dans la vie du paddock et des teams que sont le Japon et l’Italie, la saison MotoGP ne débutera pas, le 8 mars, au Qatar. Davide Brivio est le premier à réagir pour Suzuki, et il ne cache ni sa déception, ni son inquiétude…

Si vous venez d’Italie et du Japon en ce moment et que vous souhaitez entrer dans un pays par l’aéroport, vous vous heurterez à des difficultés. Soit vous serez carrément remis dans un avion retour, soit il vous faudra connaître les joies de la quarantaine. Le MotoGP s’est retrouvé écartelé par les mesures prises par le gouvernement du Qatar préoccupé à déterminer les meilleures mesures sanitaires pour éviter autant que possible, la propagation du Covid-19.

Ainsi, vous avez ceux du Moto3 et du Moto2 présents sur place parce qu’ils faisaient un test de trois jours. Puis vous avez une partie des équipes MotoGP qui était restée sur place car sentant le vent venir, tandis que d’autres pensaient la rejoindre à temps. Puis il y a ceux qui vont arriver… Une dissémination logistique impossible à gérer.

Certes, mais il faudra penser à la suite. Car il faudra bien soit réunir tout le monde à un moment donné, soit les rapatrier. De ce point de vue, on peut d’ores et déjà dire que le point de rencontre ne se fera certainement pas en Thaïlande le 22 mars…

Sportivement, Yamaha et Suzuki, qui ont convaincu lors des tests d’intersaison, peuvent l’avoir mauvaise. Honda et Marc Márquez ne diront jamais que ça tombe bien, la situation générale ne prêtant pas à sourire,  mais quand même… Sur les ondes de GPOne, Davide Brivio a commenté pour Suzuki : « il est évidemment dommage que la première course de la saison ait été annulée, parce que nous étions vraiment prêts à commencer, comme tous les fans de MotoGP. Certains membres de notre équipe sont restés au Qatar après les jours de test, parce que nous étions conscients de la gravité de cette urgence. Cependant, la chose la plus importante est la sécurité de tous, et nous devons respecter la décision prise par les autorités locales et les responsables du MotoGP. »

Il termine : « c’est un moment étrange et délicat pour tout le monde dans le monde et nous devons affronter les choses course par course en ce moment, et voir comment la situation évoluera dans les semaines à venir. Je souhaite vraiment bonne chance aux pilotes qui participeront aux prochains Moto2 et Moto3 ce week-end, en espérant que nous pourrons nous remettre sur les rails bientôt. »

 

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Alex Rins

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar