Les choses bougent dans la procédure initiée par quatre des constructeurs engagés en MotoGP contre un cinquième qui est Ducati. La Cour d’appel est constituée et le travail va commencer jusqu’à un verdict attendu qui doit déterminer si le déflecteur de la GP19 est légal ou non. De fait, il s’agira aussi de valider le résultat du Grand Prix du Qatar. Les frondeurs, dont Yamaha ne fait pas partie, peuvent ainsi par leur action priver Dovizioso de sa victoire sur Márquez. Bien que parmi les plaignants, Aprilia ne le souhaite pas… Tout en espérant un verdict allant dans son sens …

Massimo Rivola, team manager d’Aprilia, vient de la Formule 1 par le biais de la puissante Scuderia Ferrari. Il est donc a priori doté de tout le discernement nécessaire pour comprendre les conséquences d’une réclamation contre un adversaire soupçonné d’utiliser une machine illégale. Et pourtant, voyant le verdict arrivé, l’homme de Noale prend une posture qui voudrait ne pas le faire passer comme celui qui aurait disqualifié le compatriote Dovizioso

Sur Tuttomotoriweb, il définit ainsi son numéro de contorsionniste : « il ne doit y avoir aucun effet rétroactif. Dovizioso garde sa victoire au Qatar et au Grand Prix d’Argentine, Ducati revient courir sans ce déflecteur sur sa moto. On valide la victoire, puis on discute d’une nouvelle règle sur cet objet technique ».

Rivola a rappelé qu’en février, l’équipe de Noale avait présenté une demande de solution similaire à celle de Ducati, mais avait été rejetée. Ce spoiler avait déjà été adopté par Yamaha à Valence dans une situation de piste humide . Le directeur technique, Danny Aldridge, a expliqué à Aprilia qu’il ne pouvait être utilisé qu’en cas de pluie, de présence de débris sur la piste ou pour refroidir le pneu arrière.

C’est précisément pour cette raison que Ducati déclare avoir monté cet accessoire, mais Rivola n’est pas du tout convaincu : « nos ingénieurs ont vérifié, avec leurs tests, que ce déflecteur génère une charge. Et je ne peux pas penser que cela génère une charge sur notre moto, mais pas sur une Ducati. On ne me fera pas croire que personne chez Ducati n’ait remarqué que cet appendice génère un appui ».

Selon lui, Aldridge a eu tort de donner son feu vert à l’équipe de Borgo Panigale, sans effectuer les vérifications nécessaires sur les effets aérodynamiques à l’origine de cet aileron.



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Dovizioso

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini, Ducati Team