Chez Aprilia, on prend très au sérieux la procédure pour contrôle antidopage positif qui concerne son actuel pilote officiel Andrea Iannone. Pour le moment, c’est le stand-by et l’affaire ne reprendra son cours qu’après analyse faite du second échantillon. Ce sera pour le 7 janvier prochain. Même si Joe le Maniac se dit serein, à Noale, on échafaude un plan B au cas où le compatriote se retrouverait sanctionné. Une solution de rechange qui passe par Karel Abraham…

Andrea Iannone s’est mis dans de beaux draps et on espère que cette affaire de contrôle positif à un produit dopant ne fera pas le lit d’une triste fin de carrière. En attendant, chez Aprilia, on tire la couverture à soi pour se doter d’un matelas de sécurité préservant d’une possible déflagration médiatique et sportive. La marque est bien consciente qu’elle peut être privée d’un de ses deux pilotes d’usine en 2020. Le récent bilan positif d’Andrea Iannone dans un contrôle antidopage, que le pilote de Vasto a subi lors du dernier Grand Prix de Malaisie, a mis en danger le futur professionnel du pilote italien. Il encourt une peine pouvant aller jusqu’à quatre ans sans pouvoir participer à aucun championnat organisé par la FIM s’il ne prouve pas son innocence.

Les avocats du pilote Vasto ont déjà officiellement demandé une contre-analyse de l ‘« échantillon B » dans le même laboratoire qui a effectué l’analyse du premier échantillon d’urine testé positif aux stéroïdes anabolisants, en particulier la drostanolone , une substance qui est habituellement consommé par les abonnés des salles de musculation quelques jours avant de participer à une compétition.

Iannone est convaincu que les résultats de cet échantillon B – qui sera connu le 7 janvier – serviront à le disculper et à récupérer sa licence de pilote, pour le moment suspendue indéfiniment jusqu’à ce que la question soit clarifiée.

Si la contre-analyse est à nouveau positive, Iannone et ses avocats devront prouver que les stéroïdes sont entrés accidentellement dans le corps du pilote Aprilia. L’une des hypothèses que sa défense envisage est la possibilité qu’Andrea ait consommé de la viande contaminée lors de la tournée asiatique du championnat, peut-être du steak provenant d’un animal qui a été élevé à l’aide d’un anabolisant pour accélérer sa croissance.

Le problème est que Iannone n’aura qu’un mois pour prouver son innocence. Or, le début des tests de Sepang est programmé pour le 7 février. Aprilia agit donc déjà en coulisse, à la recherche d’un pilote capable de remplacer l’Italien dans les premiers temps, voire pour le reste de la saison, si les stéroïdes positifs et la suspension de la licence Iannone sont finalement consolidés.

Selon Speedweek.com, les hommes de Noale ont déjà contacté Karel Abraham pour connaître les plans du pilote tchèque au cours des prochains mois. L’ancien pilote Reale Avintia, qui n’a pas eu d’autre choix que de céder le guidon de sa Ducati à Johann Zarco après que l’équipe espagnole a décidé de résilier son contrat qui le liait pourtant jusqu’à la fin de 2020.

Abraham, qui est actuellement en vacances à Monaco, a reçu un appel d’Aprilia pour lui demander ses projets pour l’avenir et la possibilité d’être le remplaçant de Iannone en cas de problèmes avec l’AMA, l’Agence mondiale antidopage : « Oui, Aprilia m’a appelé. Ils m’ont demandé si je serais disponible », a laconiquement confié le Tchèque à Speedweek.com.

L‘autre possibilité d’Aprilia est de faire monter en grade son pilote d’essai Bradley Smith aux côtés d’Aleix Espargaró. Ce ne serait cependant pas si simple puisque le Britannique s’est déjà engagé avec Petronas pour courir avec son MotoE en 2020. Il ne pourrait donc pas participer à cinq courses du calendrier des Grands Prix, car il y a une règle qui empêche les pilotes de championnat de participer à plus d’une catégorie dans la même compétition le week-end…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone, Karel Abraham

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini