Le nouveau Jorge Lorenzo est arrivé. Il n’est plus un pilote titulaire qui veut gagner pour lui-même, mais un testeur qui met son expérience au service des autres. Une aubaine pour Yamaha, mais aussi pour Por Fuera, car cette nouvelle vocation lui permet enfin, à 32 ans, d’avoir une vie sociale. Une perspective impossible avant, et le Majorquin en explique la raison…

Jorge Lorenzo, au dernier Grand Prix de Valence, laissait tomber sa combinaison Repsol Honda en jurant que ce serait la dernière de sa vie. A 32 ans, il choisissait la retraite. Une résolution qui n’a pas tenu deux mois, puisque le voilà au service de Yamaha pour développer la M1.

Une bonne opportunité pour la marque d’Iwata qui voit travailler à son service en coulisse un pilote qui revendique près de 300 courses, dont 200 dans la seule catégorie MotoGP. C’est aussi un quintuple titré, avec trois couronnes en MotoGP, et 47 victoires au compteur. Mais se forger ainsi un tel palmarès a un prix. Jorge Lorenzo l’explique ainsi : « si vous êtes un perfectionniste comme moi ou comme je l’étais, il ne reste plus beaucoup de temps pour les amis et la famille ou pour des voyages qui ne sont pas liés à la compétition », a déclaré Lorenzo dans une interview accordée à MotoGP.com.

« Pour les fêtes ou toutes ces choses que les gens normaux aiment », ajoute Lorenzo, « il n’y a presque pas de temps ». Des moments dont il peut à présent profiter après 18 ans de compétition au plus haut niveau : « maintenant, je suis capable de faire toutes ces choses », explique-t-il. « Si je fais quelque chose, je veux le faire parfaitement. Je veux en tirer le meilleur parti. Et cela signifie que vous le faites toute la journée et tous les jours sont concentrés à 90% sur les motos. »

Lorenzo n’évalue aucun pourcentage en parlant de son nouveau rôle au service de Yamaha. Il parle en revanche plus sobrement de « combinaison parfaite » : « toutes les choses négatives auxquelles tu dois faire face en tant que pilote ont maintenant complètement disparu pour moi ». L’Espagnol parle non seulement du stress de l’entraînement et des voyages, mais aussi de la pression lors d’un week-end de course. Le profil Instagram de Lorenzo montre très bien sa nouvelle liberté.

« La seule chose qui me reste maintenant, ce sont les bonnes choses. Cela signifie faire de la moto et parler aux ingénieurs pour l’améliorer. » Une démarche qui la nouvelle satisfaction de Lorenzo : « si vous essayez quelque chose et que cela rend la moto plus rapide, c’est très satisfaisant. »

Jorge Lorenzo devrait retrouver la Yamaha en avril pour des test au Motegi. Puis il se dit qu’il reviendrait en Grand Prix comme « wildcard » en Catalogne.

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Monster Energy Yamaha MotoGP