Les fines lames du MotoGP ne feront leur rentrée que le 7 février, mais les seconds couteaux qui se sont élancés sur ce même tracé dès ce dimanche 2 février sont loin d’être émoussés. Ils sont tranchants comme au premier jour comme l’a démontré un Pedrosa, pilote test KTM. Les journées suivantes, c’est un nouveau dans la fonction et aussi ancien titulaire qui se lancera sur la piste malaisienne. Il s’agit de Jorge Lorenzo, une vieille connaissance de Gigi Dall’Igna. L’homme de Ducati qui dit ce qu’il pense de cette reconversion chez Yamaha…

Qu’on se le dise : ce n’est pas parce que l’on a été un quintuple Champion du Monde que l’on est pour autant un bon pilote d’essai. C’est la démonstration que tient à faire un Gigi Dall’Igna qui est à la tête des troupes Ducati. Sur le nouveau testeur Jorge Lorenzo, il a ainsi commenté depuis Sepang qui sort le MotoGP de son hibernation : « Lorenzo comme testeur ? Je ne l’échangerais pas contre Pirro. Les pilotes d’essai n’ont pas à faire des chronos, ils font un travail différent, et je pense que Michele est le meilleur compromis possible. Il sait garder une marge tout en étant suffisamment rapide, je suis content du travail qu’il fait, je ne pouvais pas avoir un pilote qui fasse autant l’affaire que lui. »

Sur le plan de travail de ce « shakedown », il précise : « nous avons plusieurs configurations de châssis que nous devons essayer pour le test des pilotes officiels. Avec Michele, nous faisons un travail de mise au point à la fois du châssis et de l’aérodynamique, ainsi que des comparaisons au niveau du moteur. »

Pirro est, au passage, le seul pilote Ducati en lice dans cet échauffement alors que les autres marques présentes ont plusieurs références possibles : « nous ferons sûrement des tests aérodynamiques qui ne seront pas très différents de ceux utilisés dans la dernière partie de la saison. C’est une évolution », explique l’ingénieur. « Il n’y a pas eu d’objectif principal dans le développement de la nouvelle moto. Le moteur est toujours l’un de nos atouts, malgré la perte d’une partie de son avantage. Il est en effet plus facile d’être rapide en ligne droite qu’en courbe, donc je pense qu’il est important d’avoir un tel avantage. Les techniciens ont donc également travaillé dans ce domaine » termine Dall’Igna sur Todocircuito.

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team