Le verdict est tombé et les sanctions ne vont pas tarder. Déjà, la suspension décidée de façon préventive par la FIM est confirmée. Il faudra aussi maintenant surveiller la réaction d’Aprilia. Mais c’est maintenant un fait acquis : Andrea Iannone a été contrôlé positif à l’usage d’un produit dopant. Aucun sportif de haut niveau ne s’est vraiment remis d’une telle situation. Joe le Maniac réagit sur ce qui est à présent le combat pour sa survie…

« Si vous êtes d’accord avec votre conscience, ils peuvent vous salir tant qu’ils veulent. Si les gens veulent parler de Iannone, qu’ils le fassent. » C’est ainsi qu’Andrea Iannone rompt le silence et parle pour la première fois des accusations de dopage qui le suivent depuis le début de cette intersaison. Il confirme sa bonne foi et avoue être perdu depuis qu’il est pris dans cette tourmente. « Je pensais que j’étais le protagoniste involontaire d’un mauvais film », raconte le pilote de Vasto à la Gazzetta dello Sport. « J’ai découvert les accusations par un journaliste le 17 décembre. Elles m’ont traumatisé. Pour un sportif qui fait de nombreux sacrifices, une telle chose est un traumatisme. »

L’Italien ne perd cependant pas le moral : « l’essentiel est d’aller vite avec Aprilia. Je n’ai pas de plan B, la moto c’est ma vie, je ne suis pas un idiot qui joue comme ça, même pour d’autres choses. Je veux juste reprendre la moto le plus tôt possible et surmonter ce moment. » Il revient sur ce qui l’a amené à cettesituation : « j’ai été contrôlé en Malaisie pour la première fois. Mais en 2018, j’étais dans le système de passeport biologique de l’agence antidopage. Ils désignent cinq pilotes qui doivent toujours être disponibles et informer de leurs déplacements pour les contrôles. En fait, j’ai été testé souvent, au moins trois fois en Asie, mais aussi à l’extérieur. Pour moi, le nombre de contrôles est correct, je ne juge pas. »

Au sujet de l’entraînement qu’il a suivi, Andrea Iannone précise qu’il visait simplement à perdre du poids, comme il l’a convenu avec la maison de Noale. « C’était un travail partagé avec Aprilia, car il y avait une différence de poids avec mon partenaire Aleix Espargaró. Nous nous sommes davantage concentrés sur le travail d’aérobie plus que sur la force. Aprilia a été si proche de moi, en tant que famille : je ne m’attendais pas à une telle proximité, ce qui vaut pour moi une victoire. »

La confiance mutuelle avec son équipe n’est donc pas en cause, tout comme sa volonté de laisser derrière lui ce mauvais moment et de reprendre sa carrière sportive : « je suis curieux d’essayer la nouvelle moto », dit Iannone. « J’ai vu certaines parties, et ils me disent qu’elle a déjà des paramètres intéressants. » L’espoir est qu’il puisse en prendre le guidon dès que possible.



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini