Comme il l’avait annoncé, Sylvain Guintoli vient d’ouvrir sa propre chaîne vidéo sur Youtube.

Le champion du monde Superbike, et actuellement pilote d’essai MotoGP pour le team Suzuki Ecstar, a pris le temps de vous partager une première expérience très intéressante pour savoir ce que « valait » une moto de série, en l’occurrence la Suzuki GSX-R1000R 2020, aux mains d’un des meilleurs pilotes professionnels du monde.

Pour un coup d’essai, c’est véritablement un coup de maître et on attend déjà, avec la plus grande impatience et sans réserve, l’opus numéro deux du plus britannique des pilotes français !

Ah, si, juste une petite question, puisque Sylvain Guintoli nous lit : « à quand une vidéo dans notre langue ? », parce que la traduction que nous vous proposons ci-dessous a quand même nécessité un certain temps, pour ne pas dire un temps certain… 🙂

 

 

 

Bonjour, je suis Sylvain Guintoli, bienvenue sur ma chaîne Youtube.

Je cours depuis plus de 25 ans, j’ai été champion du monde de Superbike en 2014 et je suis actuellement pilote d’essai Suzuki Ecstar MotoGP. Je suis donc toujours actif en course et j’ai fait quatre courses l’année dernière en MotoGP, à Barcelone, Brno, Motegi et Silverstone, et j’ai aussi couru aux 8 heures de Suzuka qui est la finale du Championnat du monde d’Endurance.

A plus tard les amis, on se voit plus tard. Ne pleure pas.

Aujourd’hui, nous allons prendre une moto de série complètement d’origine et nous allons la pousser à ses limites pour voir à quelle vitesse on va et nous allons également filmer un tour chrono à bord pour vous permettre de le voir.

Allons-y !

Regardez ça, le soleil est là aussi, on est très chanceux !

Ouais, c’est juste que je voulais faire, m’amuser un peu depuis mon domicile et faire de la moto sur la route sinueuse qui n’est pas trop éloignée de ma maison, pendant environ une demi-heure. On va aller sur le circuit avec la moto de série et les pneus de route pour simplement voir à quelle vitesse on peut aller.

Le circuit de Donington est une bonne piste pour faire ça car je connais très bien ce circuit depuis de très nombreuses années. Ma première apparition y a eu lieu en 2001 avec la 250cc.

J’ai une très grande expérience de Donington, avec beaucoup de motos de Superbike mais aussi de MotoGP, donc je serai en mesure de vous décrire comment cette moto se comporte, et ce qu’on ressent par rapport à une MotoGP , comme celle avec laquelle je viens de faire 300 tours à Sepang en 6 jours.

J’ai hâte d’aller sur la piste et de pouvoir ouvrir en grand ! Il y a toujours une belle atmosphère lors des Trackdays ici. Il fait un peu frais mais tout le monde s’amuse, j’espère simplement qu’ils auront du café chaud pour nous ! J’aime bien Donington car j’y ai beaucoup de souvenirs : c’est un circuit… où j’ai rencontré ma femme en venant courir ici, et c’est pourquoi j’ai déménagé en Angleterre plus tard. Les souvenirs sont forts ici : j’y ai fait deux podiums en World Superbike mondial mais j’y ai aussi subi une très très grosse blessure en 2009. Oui, c’était l’une des pires blessures de toute ma carrière mais j’ai récupéré depuis et ça vous forme le caractère. Oui, beaucoup de souvenirs, en majorité bons.

Donc aujourd’hui le circuit est très venteux et la température de piste très basse : nous sommes probablement à environ cinq ou six degrés. Ce sera important dans le premier virage à gauche, qui est le troisième virage du circuit et qui s’appelle Craner. C’est un virage qu’il faut prendre prudemment car il est rapide et il n’y a pas beaucoup de charge sur l’avant, et parce que vous n’avez pas été à gauche depuis un moment.Alors il faut y aller doucement là et être vraiment prudent avec votre pneu avant. A part ça, je dirais que tout fonctionne bien : ces pneus me donnent un bon feedback, ce qui est bien. Donington est une piste qui n’est pas très grande, donc avec une moto puissante comme celle-ci, probablement autour de 200 chevaux, la puissance est assez grande pour ce genre de circuit. La moto est souvent en wheeling et c’est bon de sentir la moto bouger comme si elle était vivante. Comme je l’ai dit, on y va tranquillement et la moto fonctionne très bien sur cette piste et je suis très satisfait. Et en plus, elle est de la même couleur que mon cuir, donc c’est parfait !

Nous sommes sur le circuit mais nous sommes venus par la route, donc les pressions des pneus ont été réglées pour la route, mais la chose la plus importante que vous devez faire en arrivant sur le circuit est de régler la pression de vos pneus. Cela dépend de votre pilotage, de la température de la piste ainsi que de comment vous attaquez, mais vous devez vraiment descendre beaucoup vos pressions. Ici, quand j’ai fait ma première session, ma pression à l’arrière est monté à 45 psi, et i lest certain que je ne veux pas ça vous perdez beaucoup d’adhérence et le pneu ne fonctionne pas pas très bien.

Donc quand vous avez fini votre premier run, rentrez, regardez vos pressions, vérifiez-les, et vous devez vraiment les mettre autour de 1,65 bar à l’arrière, et 2,2 à l’avant. Cela est valable ces pneus et cela pourrait être un peu différent avec différents fabricants de pneus, mais pour les Bridgestone R11 qui viennent de série avec la moto, c’est ce dont vous avez besoin.

L’autre chose que vous voulez faire sur cette moto spécifique, c’est de régler votre électronique. Le mode de puissance, qui est là. Sur la route, nous étions en C ; qui est la plus basse puissance que vous pouvez obtenir. Nous passons donc en A, qui est la plus grande puissance que nous pouvons avoir. Puis ceci est le Traction Control qui, sur cette moto, va de OFF à 10. Sur la route, vous êtes en 10, en particulier en hiver sinon vous patinez trop. Mais pour la piste, je vais le diminuer en tournant ça jusqu’à 1. Il n’y aura donc pas trop d’interférence et la moto pourra faire un peu plus de wheeling, ce qui est plus amusant !

Chrono : 1’37.50

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. J’espère que vous avez apprécié ce tour autant que moi. Un grand merci aux Trackdays et à Donington Park pour nous avoir accueillis aujourd’hui. Maintenant, rentrons à la maison et débriefons.

Donc j’ai pu faire plus de tours aujourd’hui, et nous avons enregistré les chronos avec une application, ce qui un bon moyen de vous souvenir de tous vos chronos et de les conserver pour les regarder plus tard. Mon meilleur temps a été en 1’37, ce qui est un plutôt bon tour à Donington. Les conditions n’étaient pas parfaites puisque nous nous avions 5 degrés sur la piste et que c’était assez venteux. Donc je pense que par une belle journée, nous aurions pu gagner deux secondes. Si on compare ça aux chronos en Superbike de l’année dernière, ou aux 1’27 / 1’28 lors des courses MotoGP, Dani Pedrosa a le record en 1’27 en 2006 avant que les MotoGP roulent à Silverstone, c’est donc une dizaine de secondes plus lent, ce qui n’est pas énorme, en considérant que nous avions une moto de série et des pneus de série. Ce n’est vraiment pas beaucoup, vu que nous n’avons fait aucune modification sur la moto, pas réglé les suspensions, rien !

Donc oui, j’ai vraiment été très surpris d’être si proche et nous avons seulement réglé la pression des pneus, ce qui fait une énorme différence : quand vous vous rendez sur un circuit, c’est très différent des pressions pour la route. C’est la seule chose que nous avons fait.

En regardant les datas dans l’application, je peux voir que nous sommes soumis à de grosses forces, puisque j’ai atteint 1,5 G lors de mon freinage maximum et juste un peu plus de 1 G en accélération, ce qui correspond à une moto très rapide d’environ 200 chevaux, avec beaucoup de couple et une bonne motricité, ce qui vous permet de vraiment sentir la puissance.

Je pense donc que nous, les gens de la moto, nous sommes très chanceux car un investissement financier vous en donne beaucoup pour votre argent. C’est une bonne nouvelle car si vous mettez 20 000 dans une voiture, et essayez de la comparer avec une F1 en piste, vous ne pouvez pas la comparer. Il y aura une minute de différence au chrono, ou peut-être même plus. Donc oui, nous sommes très chanceux, car vous pouvez prendre votre moto et vous rendre sur un circuit pour améliorer votre technique de pilotage et faire quelques chronos décents.

Ce sont les derniers mots pour aujourd’hui : avant tout, cela a été très amusant. Pour être honnête, je m’attendais à ce que la moto ne soit peut-être pas à sa place sur un circuit, mais cela n’a pas été du tout le cas. Elle était tout à fait à l’aise et le chrono l’a montré, c’était super de voir que la moto était aussi heureuse sur la piste que je l’ai été sur la route.

Si vous avez aimé la vidéo, s’il vous plaît, abonnez-vous, likez, partagez et n’hésitez pas à mettre vos commentaires. A bientôt !

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Sylvain Guintoli

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar