La France comme tous les autres pays, à commencer par ses voisins immédiats, a adopté une loi permettant l’instauration d’un “état d’urgence sanitaire”. Le texte permet au gouvernement “si besoin” de prendre des mesures « limitant la liberté d’aller et venir, la liberté d’entreprendre et la liberté de réunion, dans la seule finalité de mettre fin à la catastrophe sanitaire. » C’est sur cette base que repose le confinement qui nous est aujourd’hui demandé. Mais comme il ne semble que très partiellement respecté, le régime va se durcir, et pas qu’un peu. Attention au permis de conduire…

Le Parlement veille encore, mais l’urgence commande. Le confinement, tel qu’il est appliqué en France ne donne pas satisfaction, si bien que les autorités semblent prêtes à passer la vitesse supérieure en termes de sanctions. Et si on lit la suite, on découvre en effet un dispositif assez dissuasif.

Ainsi, si on reste sur une amende de 135 euros en cas de violation des règles, on passe à 1 500 euros en cas de récidive “dans les 15 jours” et dans le cas de “quatre violations dans les trente jours” un délit, « puni de 3 700 euros d’amende et six mois de prison au maximum. » De même, une peine complémentaire de travail d’intérêt général et une suspension du permis de conduire de trois ans sont de la partie.

Ainsi, si, en Italie, on peut laisser son véhicule immobilisé sur le bord du chemin, en France, on pourrait faire une croix sur son permis. Le texte est actuellement étudié par le Sénat, après avoir été adopté par l’Assemblée Nationale.