Chez KTM, on aborde ce Grand Prix d’Italie au Mugello de différentes manières. D’un côté, nous avons un Pol Espargaró impatient d’en découdre pour savoir si sa sixième place acquise lors du dernier rendez-vous au Mans est à inscrire dans le marbre ou à ranger au rayon des exceptions. Et de l’autre, un Johann Zarco qui… ne sait pas à quoi s’attendre.

Johann Zarco arrive pour ce sixième rendez-vous de la saison avec le seul espoir de connaître une vie moins compliquée sur la RC16 que celle qu’il a vécue jusque-là. Le classement du championnat parle de lui-même. D’un côté, nous avons un Pol Espargaró neuvième et de l’autre un Français nouvellement arrivé à Mattighofen quinzième.

Il n’est pas utile de retourner le couteau dans la plaie, d’autant plus que le double Champion du Monde de Moto2 le fait lui-même… « Je ne sais pas à quoi m’attendre pour le Mugello parce que j’ai eu des problèmes dans toutes les courses jusqu’à présent. Je dois encore travailler » a déclaré le tricolore à contrecœur. « Mais je pense que Le Mans a été une excellente réponse avec le bon résultat de Pol Espargaró. J’ai eu à nouveau les mêmes problèmes et j’essaie de changer mon état d’esprit et de mieux utiliser la moto, même s’il ne s’agit pas de gagner, mais au moins de figurer dans le top dix ». Un objectif par ailleurs assigné par KTM avec une place en Q2.

« C’est dans ma tête maintenant que je m’entraîne. J’ai d’autres idées et j’essaie de comprendre quelque chose. Je vais me concentrer sur tout le week-end ». Certes, mais l’ancien pilote Tech3 Yamaha donne une indication qui ne rassure pas : « je ne pense pas utiliser les nouveautés vues avec Pol Espargaró, car ce n’est pas la priorité. Nous savons ce qu’il a et pourquoi il a voulu l’utiliser au Mans. Nous avons d’autres problèmes sur lesquels nous devons travailler ».

Rien n’est donc moins certain de voir le bras oscillant en carbone sur la KTM frappée du n°5… Pour finir, Johann Zarco résume ainsi la situation chez les Autrichiens : « en ce moment, c’est un peu comme avec Stoner, lorsque seul Casey réussissait à être rapide sur la Ducati en 2007. KTM serait certainement plus heureux s’ils étaient compétitifs avec quatre motos ».



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : KTM MotoGP