Jack Miller a mis l’ambiance durant les six premiers tours du Grand Prix de France. Avec sa Ducati Pramac, il est allé chercher Marc Márquez qui commençait à prendre la poudre d’escampette, jusqu’à lui prendre les commandes de la course quelques instants. Une offensive qui lui a coûté en capital pneumatique et qui a permis à Dovizioso de recoller. Un beau travail d’équipe qu’il aurait cependant voulu voir mieux récompensé…

Jack Miller a fait le boulot dans la Sarthe mais quitte le tracé du Bugatti en étant le premier à échouer au pied du podium. Un épilogue que son classement comme meilleur pilote indépendant ne console pas vraiment, surtout qu’il a été devancé par celui qu’il voudrait déposséder de sa combinaison rouge, Danilo Petrucci. Cela étant dit, devant le staff Ducati, il a tout de même marqué des points.

« C’était une bonne course, c’était très amusant » a déclaré Jack. « La moto a très bien fonctionné. Mais après le départ, j’étais un peu trop euphorique, alors j’ai brûlé le flanc des pneus. Je croyais pouvoir rouler devant Marc, parce que je sentais que j’avais la vitesse nécessaire ».

« Mais je ne savais pas si ce rythme pourrait durer 27 tours » ajoute l’équipier d’un Bagnaia qui a été accroché pour le compte par Viñales. « J’ai donc dépassé Marc et essayé de compromettre les temps au tour. Mais après deux tours, il m’a encore attrapé. Et puis, bang, bang, bang, il m’a collé un dixième à chaque tour. Et puis il avait deux secondes d’avance. Il a piloté très fort. C’était toujours agréable de le doubler. J’ai donc pu démontrer que nous pouvions nous battre ».

« J’ai permis à Dovi de passer devant moi » a ajouté Miller. « Parce que je pensais qu’il avait un meilleur rythme. Mais honnêtement, son rythme n’était pas vraiment remarquable. C’est pourquoi Danilo a réussi à nous rattraper. C’était utile en quelque sorte, parce que j’ai alors compris ce qu’il avait fait différemment de moi, c’était instructif. J’ai raté le podium, c’est négatif, mais j’ai aussi des aspects positifs. Dans l’ensemble, c’était une bonne journée. Nous avons eu deux accidents ce week-end aux essais. Par conséquent, il était logique d’éviter toutes les erreurs pendant la course et de ramener la moto à la maison en toute sécurité. Il était important que je reste calme ».

Jack Miller est à présent sixième au championnat à quinze points de sa cible : Danilo Petrucci.

Grand Prix de France Le Mans MotoGP J3 : classement



Tous les articles sur les Pilotes : Jacques Bolle

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac