Jaume Masiá célèbre son premier podium et son premier succès remporté en Argentine. “Nous voulions juste finir la course, mais je pouvais gagner et je l’ai fait”.

Deux Grands Prix en début de saison, deux “premières” pour la catégorie Moto3. Après celui de Kaito Toba au Qatar, le premier succès de Jaume Masiá est arrivé. À à peine 19 ans, le coureur d’Algemesí s’est imposé après une grande bataille, une de celles auxquelles la catégorie mineure du Championnat du Monde nous a habitué. C’est aussi le premier succès de son équipe, Bester Capital Dubai, qui dans le passé (également avec d’autres dénominations) n’avait réalisé “que” des positions sur les deuxième et troisième marches du podium.

LE PASSAGE EN MONDIAL

Apparaissant rapide depuis les essais hivernaux, comme le montre son meilleur temps (malgré la blessure qui a suivi) à Jerez, Masiá s’est positionné comme l’un des pilotes à surveiller. Mais revenons un peu en arrière : sa première participation en mondial remonte à 2017, à l’âge de 16 ans, lorsqu’il a eu l’occasion de disputer quatre courses, terminant à deux reprises dans le top 10 et réalisant le meilleur tour en Autriche. En 2018, il a réussi à disputer sa première saison complète avec Worldwide Race, maintenant Bester Capital Dubai : Son meilleur résultat est alors une quatrième place à Assen, ainsi que neuf autres points marqués.

LA NOUVELLE SAISON

Nous arrivons à 2019. Meilleur chrono des essais hivernaux à Jerez, devant Romano Fenati, puis blessure au pied qui ne lui permet pas de participer au test du Qatar. Le (difficile) Grand Prix à Losail se termine avec une chute et une grande envie de le rattraper. En Argentine, le voici qui assure sa première pole position en carrière. Une chute avec Sergio García lors du warmup risque de compliquer les choses, mais le pilote espagnol se présente normalement au départ, sans conséquence, la moto étant réparée en un temps record. La course se révèle comme toujours être une bagarre, jusqu’à ce que Masiá ne prenne le risque d’offrir une bonne aspiration pour finir premier, avec un avantage minimum sur ses rivaux.

LE COMMENTAIRE APRÈS LA COURSE

La joie dans son box et les larmes de joie du pilote dans le parc fermé sont la réaction classique pour un excellent résultat. C’est le premier pilote capable de gagner en Argentine à partir de la pole position. “Je ne l’avais pas imaginé de cette façon, je pensais que c’était plus facile”, a-t- il déclaré particulièrement ému. “Pendant toute la course, j’ai attaqué d’une manière folle : si je me relâchais, je me faisais doubler tout de suite. C’était une victoire très difficile à remporter, mais elle était bien méritée pour moi et pour l’équipe”. Qui sait combien de personnes auraient imaginé ce succès pour un pilote si petit qu’à l’époque il devait mettre du lest dans les catégories inférieures, une mesure qui a aussi causé de nombreuses blessures ?

“LE TITRE ? CE N’EST PAS NOTRE BUT”.

Un succès recherché en Argentine ? La réponse peut surprendre : “En vérité, l’objectif dimanche était simplement de terminer la course, dans le top 10, le top 15 ou autre. Mais j’ai eu la chance de gagner et je l’ai saisie”. “Le titre non, ce n’est pas notre but” concluait ‘Macaulay’ (le joli surnom sur son costume, un hommage à l’acteur Macaulay Culkin, le protagoniste du célèbre film ‘Maman, j’ai raté l’avion’). Maintenant, il veut simplement profiter de cette première victoire dans le Championnat du Monde en attendant la prochaine étape, prévue à Austin du 12 au 14 avril.

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Diana Tamantini



Tous les articles sur les Pilotes : Jaume Masia

Tous les articles sur les Teams : Bester Capital Dubai